Voilà : je ne poste pas instantanément chaque dessin ici une fois que je l'ai fini. Je me dis que j'attendrais d'en faire plus sur le même thème histoire de faire un post groupé. Du coup de nombreux dessins finissent par tomber dans l'oubli. Ressuscité d'entre les morts revoici donc mes fameux voyages silencieux commencés au mois de juillet. La première page date de septembre je crois. Les deux autres, je viens de les finir. Enfin je rappelle pour ceux qui n'arrive que maintenant que ce projet n'est ni une bd ni une série d'illustrations. Ce sont juste des recherches d'ambiances sur le thème de la sérénité. Un voyage intérieur dont la protagoniste qui mène ma pensé est une voyageuse sans nom aux vêtements larges et bleu comme l'azur. Sur ce, place au images :

Première partie ICI
Deuxième partie ICI

voyage_silencieux_13_14ENVOIvoyage_silencieux_ENVOI15_16voyages_silencieux_ENVOI17_18

Interlude 2

"J'aime observer la pluie. Comme lorsque l'on pleure, le cœur se purifie. Lorsqu'il pleut c'est comme si on nous enlevait un poids des épaules. C'est comme si le ciel absorbait tous nos chagrins, trouvait les mots juste pour exprimer ce qu'on ne sait pas dire. Quand trop d'hommes sont tristes, alors le ciel se met à pleurer. Il pleure pour leur pardonner toutes leurs douleurs. Mais les hommes n'écoutent plus le ciel. Alors celui-ci pleure, et pleure encore... En vain... Moi je reste à l'écouter. C'est si mystérieux, le pays des larmes..."
interlude

Interlude 3
"Avez vous déjà entendu parler les arbres ? Il y a des endroits dans ces mondes où le silence est tel qu'aucun bruit extérieur ne semble en troubler la paix. Je vous recommande alors de vous arrêtez un instant et non pas de fermer les yeux mais de les ouvrir. Il vous faudra faire abstraction des voix qui se chamaillent en vous et qui sont le propre de l'homme. Il vous faudra oublier de compter les battements de votre cœur, les froissements de vos vêtements. Oubliez que vous êtes le centre de votre propre existence. Alors vous les entendrez comme jamais auparavant. La mélodie des troncs qui grincent en cadence, le bruissement indiscipliné des feuilles au vent, la racine qui se fraient un chemin dans la terre... Tout ce qui fait qu'un arbre est vivant et que vous n'êtes qu'une infime fourmi comparé à lui. Une fois cette humilité atteinte, alors peut être vous révélerons t-ils leur secrets. Et quels secrets ! On dit qu'ils ont vu naitre le monde !"

dans_la_fpret

Et une petite série de recherches. L'avantage, c'est que même si je galère encore avec la technique de colo (mais c'est la faute au papier du carnet ça !!!) je maitrise de mieux en mieux ce personnage.

papier594